AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vojaška baza [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Cara Alizade
    ♣Dancing 'til the morning on a velvet sky, Racing to the top with golden rays of light♣

avatar

♣ Messages ♣ : 32
♣ Date d'inscription ♣ : 14/11/2010
♣ Localisation ♣ : Slovenie
♣ Métier ♣ : Archéologue

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: Vojaška baza [Terminé]   Mer 24 Nov - 15:06

Se battre contre quelque chose qui n’était pas réellement vivant était peut-être étrange, surtout lorsqu’on était habitué à se battre contre d’un être de chair. Mais d’un autre côté, ce n’était pas parce qu’ils n’avaient pas de sentiments que ce n’était pas des ennemis. Bien au contraire, ils connaissaient pas de la compassion et n’avait pas de code d’honneur : qu’il s’agit d’un enfant ou d’un militaire, pour les machines s’étaient la même chose…Quoi que… peut-être qu’il y avait quand même une différence, vu qu’ils semblaient être intéressé par les enfants.. mais c’était surement par ordre d’Ares, sinon ils auraient pas vu cette différence.

« Oui.. Mais cela n’empêche pas qu’il s’agit quand même d’ennemis. Ils sont là pour détruire chaque vie humaine sur terre et font très peu de différence entre enfant, femme ou homme. Alors malgré le fait que vous ne vous battez pas contre une armée d’humains, vous vous battez quand même pour un but précis. Et je pense que ce qu’il compte c’est le pourquoi on se bat, et pas contre qui ou quoi on se bat. »

Au fond c’était vrai que se battre contre un dictateur n’avait que de l’importance parce qu’on voulait délivrer les gens sous cette dictature, sinon ca serait se battre contre un simple homme, tuer un simple humain… C’était le pourquoi des choses qui faisaient qu’on se battait. C’était la cause qui comptait. Aujourd’hui encore plus qu’avant.

Fixant le feu, Cara se rendait compte que ces années de solitude l’avait peut-être endurcit et donner un air glaciale, mais au fond cela ne l’avait que très peu changé. Il manquait qu’un peu de compagnie agréable, et elle se souvenait de comment la vie était avant tout ca. Tournant la tête vers le militaire, l’écoutant parler de sa chienne. Et ne put s’empêcher de sourire doucement. Tout ce qui fait un être humain…

« Et après tout ca, vous avez encore peur de perdre votre humanité ? »

Il avait encore toutes les capacités d’aimer en lui, la volonté de protéger les autres, l’envie de se battre pour une cause qui était peut-être perdu à l’avance. Et il avait encore peur de se transformer dans un monstre ? Des craintes inutiles. Par la suite il parlait du Hind et Cara se contenta de l’écouter. Ce ne fut que lorsqu’il se relevait et qu’il lui disait de fouiller la caserne qu’elle se relevait à son tour et qu’elle le suivait.

« Vous savez… vous pouvez me tutoyer, après tout vous avez prit soin de moi, quand j’étais sous l’emprise du poison. »

Tout en disant cela, Cara se contenta de lire les inscriptions sur les caisses, de regarder un peu à droite et à gauche, regardant ce qui pourrait lui être utile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy O'Reilly
NO brain NO fear...
avatar

♣ Messages ♣ : 216
♣ Date d'inscription ♣ : 21/11/2010
♣ Localisation ♣ : Avec Joan et Tag
♣ Métier ♣ : Militaire

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: Vojaška baza [Terminé]   Mer 24 Nov - 17:18

Tout le pourquoi on se battait... Contre qui... Contre quoi... Le militaire s'occupait les mains avec la viande tentant pour le moment de les sécher, de leur faire perdre tout le sang, de ramifier et de tasser la viande. Ca ferait un mêt de roi pour la chienne plus tard. Il restait peut-être silencieux, il ne disait peut-être rien, mais il n'en pensait pas moins, écoutant attentivement et réfléchissant sur ce que la dame avait dit. Il était militaire depuis vingt-et-un an... Enfin, onze ans jusqu'à Era... Dix ans à faire comme si... Pitoyable. Oui, il se trouvait pitoyable. Dix ans à vagabonder sans aider l'humanité. Il fallait définitivement qu'il trouve la Résistance. La jeune femme, même sans le vouloir, même sans chercher à lui donner espoir, avait éclairé son chemin. S'il y avait des rumeurs, c'était que c'était vrai. Il y avait bien une résistance humaine, mieux organisée, en nombre et surement avec ce qu'il fallait. Le Hind apparut à nouveau dans son esprit. Il était sûr d'avoir une monnaie d'échange avec ça, ça lui payerait son entrée et à Joan aussi. Car si les humains pouvaient craindre les machines, aucunes de ses dernières n'iraient offrir un appareil aussi menaçant qu'un Hind. Il était certain qu'avec une des roquettes air-air, il pouvait traverser et griller le cerveau mécanique qu'un transporteur d'Ares. Cela avait été fait pour ça, y'avait de l'anti-char dans les missiles. Rien de mieux pour faire un gros trou.

- Au contraire. Se battre contre des fantômes, contre des carcasses mécanlimeiques est plus terrifiant que contre un être humain. L'homme a un but, un espoir, une famille. Pourquoi on se bât nous fait lever tous les jours, mais c'est contre qui ou quoi qui nous fait appuyer sur la détente...

Puis ils parlèrent de Tag qui heureuse de se voir porter attention s'agita, dressa les oreilles et gambada autours des caisses, sans pour autant réveiller Joan, toujours en train de dormir. O'Reilly regarda le manège un petit peu avant de reprendre.

- C'est grace à elle... à elles deux. Sans elles, je serais un animal capable de tuer le premier qui soit sans chercher à comprendre ce qu'il vient faire par là. Je ne vivrais que pour mon arme et ma survie. Aujourd'hui, j'ai leur vie à préserver. C'est ce qui fait de moi, ce que je suis aujourd'hui.

Il se leva donc pour aller fureter dans l'entrepôt. La majorité n'était que pièces de moteur, surement pour le Hind ou pour d'autres appareils. Les Slovènes étaient réputés pour avoir une aviation plutôt importantes, alors cela était surement pour les avions de chasse ou bien les cargos. Bah, ce n'était pas ce qui l'intéressait aujourd'hui. Il ne voulait que de la sustentation, peut-être deux ou trois bricoles. Qui savait, peut-être repasserait-il par là pour se ravitailler, tant qu'à faire, autant en mettre de côté... Il n'y avait rien à craindre, Tag, en faction devant la porte les préviendrait s'il y avait le moindre problème. Il ouvrit toutes les caisses, boites, se trouvant à porter et observa le contenu à l'aide d'un tube à essai fluorescent. Le militaire n'avait pas de lampe torche, mais ce drôle de tube, au liquide lumineux lui suffisait amplement. Il ne dit rien quant au fait de tutoyer la dame. Cela était déjà bien difficile à faire la conversation, alors tutoyer quelqu'un qu'il ne connaissait pas, c'était quasiment impossible. Il pénétra, toujours famas à l'épaule dans ce qui semblait être un bureau, celui de l'entrepot. Il s'assit sur le vieux siège et farfouilla dans les tiroirs du bureau. Mais rien d'intéressant... Tout n'était pas en ruine, ça avait résisté. Il porta son attention sur une boite accrochée au mur à la croix épaisse et rouge. Bingo, la pharmacie. Pansement, iode, mercurochrome... Il se demandait si c'était encore utilisable. Bah, ce n'était pas le moment de regarder les dates de péremption, c'était une nécessité vital. Aaaaah! Morphine, andorphine et surtout, surtout de la sulfamide... C'était increvable ces machins-là. Il délaissa le reste, pour si la dame en voulait.

- Joan a dit qu'il y avait encore plein de ration-K si vous voulez... Elle a du fouiller le mess ou l'arrière-cuisine.

Il indiqua la direction des cuisines. C'était le couloir qu'avait pris la jeune fille tout à l'heure. D'ailleurs, c'était par là qu'il allait. On savait jamais, il pourrait peut-être rester quelques boites de concerves. Parce que, la bouffe militaire, c'était bon pendant un petit bout de temps, mais tout de même il y avait des limites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara Alizade
    ♣Dancing 'til the morning on a velvet sky, Racing to the top with golden rays of light♣

avatar

♣ Messages ♣ : 32
♣ Date d'inscription ♣ : 14/11/2010
♣ Localisation ♣ : Slovenie
♣ Métier ♣ : Archéologue

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: Vojaška baza [Terminé]   Jeu 25 Nov - 0:49

Se battre contre un fantôme ou se battre contre un humain… Cara n’hésiterait pas une seule seconde. C’est sans aucun doute contre les machines qu’elle préféreraient se battre. Mais c’était surement du au fait qu’elle n’avait jamais tué quelqu’un et d’ailleurs elle n’en aurait surement pas le courage. Néanmoins en écoutant les paroles de Jeremy, elle ne répondit qu’une seule chose.

« Et bien aujourd’hui tu pousses la détente pas contre qui, mais pour qui. »

Au fond c’était que la pure vérité. On ne se battait plus nation contre nation, non aujourd’hui qu’on soit anglais, russe, chinois ou autre d’un autre pays… On se battaient tous pour un seul but : la liberté. Le retour de l’humanité et la perte de ces machines. M’enfin… C’était assez marrant que Cara pense tout ca et que pourtant elle n’avait jamais tenté de chercher la Résurrection. Au fond, elle avait peur que ca ne soit qu’une illusion, un faible espoir. Et elle ne voulait tout simplement pas être déçu. Alors elle avait décidé de rester dans son pays et puis… Qui vivra verra. Après tout, dans le monde qu’on vivait actuellement, il est difficile de se faire des projets d’avenir.

« Je pense que beaucoup de gens sont perdus et n’ont pas la chance d’avoir quelqu’un pour leur remettre sur le bon chemin…. »

Ce n’était pas dans le caractère de Cara de tuer. D’être violente.. Oui, cela lui arrivait. Mais de tuer ? Non cela n’avait jamais été dans son caractère et le temps n’y avait rien changé non plus. Mais elle pouvait comprendre que ceux qui avaient l’habitude de se battre, de survivre… Que pour eux, ce monde en ruine, plus d’ordres à suivre, étaient surement difficile à apercevoir, surtout après tant d’années. La terre était devenu l’enfer. Et cela n’allait pas changer de si vite. Suivant le militaire, elle se contenta surtout de regarder. Au fond cela ne servait à rien de vouloir prendre de trop avec, car elle devait quand même faire une sacrée trotte jusqu’à la grotte. Alors elle n’allait prendre que les choses les plus utiles et ce qui lui manquait. Suivant les conseils du militaire, elle se rendait dans ce qui devait être l’arrière-cuisine. Pfiou… Ca faisait longtemps qu’on n’avait plus prit la poussière par ici ! Ouvrant son sac à dos, elle prit quelques rations, avant de le refermer et de poser son regard sur le temps qu’il faisait dehors.

« Je pense que je vais retourner chez moi.. enfin si on peut dire chez moi…. »

Etrange, mais elle ne savait pas trop ce qu’elle devait faire. Le remercier ? Cela faisait si longtemps… Au fil du temps on oublie comment c’est de se comporter avec les autres. Déjà qu’elle n’avait jamais été très sociale et ouverte envers les autres.

« Peut-etre qu’on se reverra…. En tout cas.. Bonne chance. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy O'Reilly
NO brain NO fear...
avatar

♣ Messages ♣ : 216
♣ Date d'inscription ♣ : 21/11/2010
♣ Localisation ♣ : Avec Joan et Tag
♣ Métier ♣ : Militaire

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: Vojaška baza [Terminé]   Jeu 25 Nov - 15:10

Le militaire n'hésita pas un fouiller de fond en comble le garde manger. Pas parce qu'il en avait réellement besoin, mais sans persévérance on ne parvenait pas à l'acquisition. Peut-être derrière les dernières boites de conserve se tenait un dessert appétissant, qui pouvait bien savoir. Et puis, un objet mal placé pouvait toujours être utile, sans qu'on sache qu'il fut mis là. O'Reilly avait l'impression d'être une petite fourmis besogneuse. Mais il avait beaucoup en tête, chaque objet qu'il voyait, chaque bidule était intéressant, mais il ne fallait pas avoir les yeux plus gros que le ventre, il ne pourrait pas tout prendre, alors il fallait mieux choisir ce dont il était sûr de ne pas retrouver. Il ramassa quelques conserves qu'il n'avait pas eu depuis bien longtemps: du thon en boite. Date de péremption: juin 2018... Hmm.. Cela ne faisait que 4 ans, c'était surement bon. Hop, dans le sac.

« Je pense que je vais retourner chez moi.. enfin si on peut dire chez moi… Peut-etre qu’on se reverra…. En tout cas.. Bonne chance. »

Il s'arrêta dans ses fouilles, une boite de pèche au sirop dans la main. Il inclina la tête pour l'avertir qu'il avait bien entendu, mais n'ajouta rien, tout du moins, il ne sut pas trop quoi dire. Merci, au revoir, adieu, à plus? Et comme il ne voulait pas s'apitoyer sur son sort ou celui de la dame, il retourna à ses recherches archéologique dans les boites en ferraille du garde-manger du mess. Néanmoins, après avoir déposer une conserve pour en soupeser le poids, il ajouta, dos tourné, et toujours concentré sur ses trouvailles.

- Je partirais à midi, d'ici... Si vous voulez vous joindre...

Puis, ayant lui aussi tout ce qu'il voulait, il retourna à son feu de camps précaire et se mit à ranger une fois de plus les affaires et répartir les poids dans les deux sac à dos. Puis, il s'attela à charger le Hind de toutes les armes possibles dans les canons prévus à cet effet. Pour ça oui, le Hind avait une puissance d'artillerie incontestable. Là, il n'avait plus l'impression de sortir tout nu. Il pouvait se faire une place dans la société des résistants, à condition qu'il les trouve. Bah en tout cas, ce n'était pas ça qui allait le désespérer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara Alizade
    ♣Dancing 'til the morning on a velvet sky, Racing to the top with golden rays of light♣

avatar

♣ Messages ♣ : 32
♣ Date d'inscription ♣ : 14/11/2010
♣ Localisation ♣ : Slovenie
♣ Métier ♣ : Archéologue

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: Vojaška baza [Terminé]   Ven 26 Nov - 0:53

Et Cara qui pensait être la seule à avoir du mal à socialiser avec les autres… Et bien non. Le militaire devant elle, avait d’ailleurs du mal à la tutoyer hors qu’elle lui avait bien dit qu’il le pouvait. Mais bon elle n’allait pas insister et l’obliger non plus. Prenant quelques affaires, elle finit par dire qu’il était mieux pour elle de retourner de là ou elle venait. Un signe de la tête, fut la seule réponse qu’elle recevait. Fermant son sac, Cara allait retourner dans la première salle, lorsque la voix de l’homme se fit entendre, tournant la tête vers lui, elle remarquait que comme d’habitude, il avait du mal à parler tout en fixant quelqu’un. Hochant simplement la tête lorsqu’il lui disait qu’ils allaient surement partir à midi. Ce ne fut que lorsqu’il parlait de les joindre, qu’elle ne sut pas quoi dire. Cara ne s’était pas vraiment attendu à ca. D’ailleurs le silence fut sa réponse, car elle ne sut tout simplement pas quoi dire, ni comment réagir. Oh elle savait parfaitement qu’elle ne monterait jamais dans ce Hind, s’aventurer hors de son pays pour aller là ou les machines sont presque des fourmis, tellement qu’ils étaient nombreux ? Et pourquoi ? Chercher de l’espoir ? Non pas vraiment le truc de Cara. Elle avait trop peur de se faire des faux espoirs.

Finalement Cara retournait dans la pièce ou se trouvait le feu, rangeant son hache, elle finit par sortir, son sac à dos à la main. S’approchant du Hind et du même coup du militaire, elle mit le sac à dos sur son dos avant de parler. Elle se sentait un peu maladroite dans ses paroles et se ressentait comme l’intello de service à l’époque du lycée, tellement qu’elle ne savait pas si ces mots étaient mal placés ou pas.

« Merci… De m’avoir soigné et d’avoir posé si je voulais pas me joindre à vous. »

Décidément, Cara n’en pouvait plus des regards fuyant du militaire. D’accord les yeux étaient soi-disant les miroirs de l’âme, mais encore. Regarder dans les yeux de quelqu’un n’était pas mortelle à ce qu’elle sache. Posant sa main sur le bras du militaire. C’était peut-être un geste mal placé de sa part, mais quelque part elle n’en avait rien à faire. Elle avait tout simplement marre des regards dans le vide de Jeremy.

« Vous êtes quelqu’un de bien, Jeremy. J’espère que vous allez trouver cette Résistance. »

Retirant sa main, elle fixait un court instant le militaire avant de se retourner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy O'Reilly
NO brain NO fear...
avatar

♣ Messages ♣ : 216
♣ Date d'inscription ♣ : 21/11/2010
♣ Localisation ♣ : Avec Joan et Tag
♣ Métier ♣ : Militaire

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: Vojaška baza [Terminé]   Sam 27 Nov - 13:58

Bah pour lui, il avait proposé ça en tout état de cause. Après tout, il savait ce que c'était que d'être tout seul, il savait ce que c'était de trouver quelqu'un, surtout après autant de temps dans la solitude. Il ne pouvait que proposer. Mais il n'attendait pas de réponse tout de suite. Peut-être qu'elle viendrait, peut-être qu'elle ne viendrait pas. En tout cas, il ne refuserait pas, il ne refuserait jamais l'aide de quelqu'un, la compagnie d'une autre personne. Ca ne pouvait lui faire que du bien, déjà à lui, au moins avoir quelqu'un avec qui parler, ça ne pouvait faire du bien que pour Joan, peut-être se mettrait-elle à parler aux autres...

Alors qu'il préparer les armes nécessaires, il laissait son regard glisser sur la jeune fille en train de dormir. Paisible. C'était rare des moments comme ça. Quand il l'avait trouvé, il avait mis plusieurs mois à la faire parler. Ouai, ouai, plusieurs mois, ils avaient déjà fait un bout de chemin. Il ne savait pas ce qui l'avait poussé à lui parler, mais un soir, alors qu'ils mangeaient tranquillement une vieille boite de raviolis trouvés par hazard dans les décombres d'une maison, elle avait dit tout bêtement qu'elle s'appellait Joan, comme Joan of Arc... Il avait été si surpris, qu'il avait avalé un ravioli de travers, il avait toussé et elle avait ri. Cela avait été le commencement d'une longue histoire d'un lien pas comme les autres.

Depuis, il avait pris soin d'elle. Pourtant, elle faisait toujorus des cauchemars, ou bien, elle avait le sommeil agité, il ne savait pas trop, elle ne lui parlait pas et il ne posait pas de question. Ce fut Tag qui le dérangea dans ses pensées. La chienne vint jusqu'à lui, il n'y avait rien d'autres à faire et visiblement, les environs étaient calmes. Le militaire passa une main sur ses côtes, ainsi qu'autour de son épaule. Ce n'était qu'une petite blessure de guerre, rien de grave, mais il préférait ressentir la douleur, au moins, il savait qu'il était encore vivant et qu'il n'était pas une de ses machines sans peur, ni reproche. Il s'en retourna donc à ses préparatifs. Bientôt Joan se réveillerait et prendrait la relève quant à la garde, ainsi, il pourra dormir et se reposer.


« Merci… De m’avoir soigné et d’avoir posé si je voulais pas me joindre à vous. »

Cara était juste à côté de lui, il n'avait même pas remarqué, trop absorbé par ses pensées, c'était d'ailleurs peut-être la raison de la présence de la chienne. Bah, il ne savait pas. Il inclina la tête, mais garda les machoires serrées. L'invitation était sortie de sa bouche tout naturellement et elle tenait toujours, donc si elle voulait, il l'accueillerait. Puis soudain, il y eut la main de la jeune femme sur son bras. O'Reilly faillit perdre ce qu'il tenait dans les bras avant de se reprendre et de la fixer, la plus grande surprise dans son regard, les yeux gros comme des soucoupes.

« Vous êtes quelqu’un de bien, Jeremy. J’espère que vous allez trouver cette Résistance. »

Il hésita un moment avant de hocher la tête d'une manière fort hésitante. Ce ne fut que lorsqu'elle retira sa main que les épaules, jusqu'à lors au garde-à-vous, s'affaissèrent un petit peu, comme s'il était soulagé que la distance bien trop courte se soit agrandie. Visiblement, elle n'allait pas venir, sans doute ne le voulait-elle pas. Bah, c'était son choix après tout, hein, il n'allait pas la forcer. De toutes évidences, il n'avait rien de bien terrible à proposer: une gamine sauvage, un chien et lui-même qui n'arrivait pas à tenir une conversation normale. Il inclina la tête pour la remercier, cette fois-ci. Puis il reprit sa tache, ce ne fut qu'une fois qu'elle se retourna, qu'il ajouta

- Bonne chance à... toi aussi, Cara.

TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vojaška baza [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vojaška baza [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A New Beginning :: La Terre :: Europe Centrale :: Slovenie-
Sauter vers: