AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shenys Kerr
    Pretty Woman__ stop a while, talk a while, give your smile to me

avatar

♣ Messages ♣ : 51
♣ Date d'inscription ♣ : 13/12/2010
♣ Localisation ♣ : Base de la Résurrection
♣ Métier ♣ : Etudiante en droit & Call Girl

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Jeu 16 Déc - 2:10

« Elles dirent vrai, car peu de jours après, le fils du roi fit publier à son de trompe qu'il épouserait celle dont le pied serait bien juste à la pantoufle. On commença à l'essayer aux princesses, ensuite aux duchesses, et à toute la cour, mais inutilement. On la porta chez les deux sœurs, qui firent tout leur possible pour faire entrer leur pied dans la pantoufle, mais elles ne purent en venir à bout. Cendrillon qui les regardait, et qui reconnut sa pantoufle, dit en riant : -'Que je voie si elle ne me serait pas bonne!''
Ses sœurs se mirent à rire et à se moquer d'elle. »


Je tenais la petite de huit ans sur mes genoux alors que l’autre, sa grande sœur de quatorze ans était assise sur le sol en face de moi. Je souriais en voyant leur petits visages stressé mais remplit de hâte pour connaître la suite de l’histoire. Au fond je ne savais même pas pourquoi je racontais tout ca. Les contes de fée, c’était plus de cette époque et toutes ces histoires qui finissent bien sont loin d’être la vie réelle qui ne finit jamais bien. Si la vie connaissait une fin heureuse, c’était que ce n’était pas encore la fin. Mais je ne tenais pas à dire mes réelles pensées sur la vie, j’aurais pas su de toute manière. C’était tellement rare de les voir penser à autre chose, de les voir sourire et partir dans un monde à part, un monde dans lequel tous les enfants devaient vivre et pas dans cette guerre entre machines et humaines.

« Le gentilhomme qui faisait l'essai de la pantoufle, ayant regardé attentivement Cendrillon, et la trouvant fort belle, dit que cela était juste, et qu'il avait ordre de l'essayer à toutes les filles. Il fit asseoir Cendrillon, et approchant la pantoufle de son petit pied, il vit qu'elle y entrait sans peine, et qu'elle y était juste comme de cire. L'étonnement des deux sœurs fut grand, mais plus grand encore quand Cendrillon tira de sa poche l'autre petite pantoufle qu'elle mit à son pied. »

Les enfants laissaient échapper un cri de surprise et la petite puce sur mes genoux frappait même dans ses petites mains. C’était un délice de les voir si souriantes. J’aimais beaucoup les enfants. Et j’avais toujours cru qu’un jour j’allais en avoir de moi-même. Mais comme tous mes rêves… aucun s’était réalisé.

« Là-dessus arriva la marraine qui, ayant donné un coup de sa baguette sur les habits de Cendrillon, les fit devenir encore plus magnifiques que tous les autres. On la mena chez le jeune prince, parée comme elle était: il la trouva encore plus belle que jamais, et peu de jours après il l'épousa. Cendrillon et le Prince vécurent une longue vie de bonheur. »

Je me relevais, mettant la fille sur ses jambes, avant de les regarder toutes les deux, un sourire aux lèvres. Enfin un sourire que je ne devais pas masquer. Un sourire naturelle et pas celui que j’avais d’habitude sur mes lèvres.

« Bon et maintenant aux lits ! Allez hup ! Non pas d’autre histoire pour ce soir. Demain peut-être. Mais uniquement si vous allez vous coucher maintenant. »

Elles s’encouraient en direction des dortoirs, renversant presque l’homme qui se trouvait sur le seuil de la porte. Tiens… Je ne l’avais pas remarqué, je pensais avoir été seule. Mais j’avais tellement eu les idées sur cette histoire et les yeux sur les visages des enfants que j’avais pas vraiment fait attention à ce qui m’avait entouré.


Dernière édition par Shenys Kerr le Mer 9 Fév - 2:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy O'Reilly
NO brain NO fear...
avatar

♣ Messages ♣ : 216
♣ Date d'inscription ♣ : 21/11/2010
♣ Localisation ♣ : Avec Joan et Tag
♣ Métier ♣ : Militaire

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Jeu 16 Déc - 13:29

Tag allait mieux et restait près de Joan. Cette dernière s'était réfugiée dans des souterrains où presque personne n'allait, il y faisait sombre, noir, humide, ça ne sentait pas très bon, mais au moins, elle était toute seule. O'Reilly se doutait bien que ce changement brutal la terrifiait, mais elle gardait la bouche scellée, toujours boudeuse face à ce qu'il lui avait dit il y avait plusieurs jours maintenant. D'ordinaire, elle le suivait partout, sur les routes, dans les forêts, où qu'ils aillent, ils étaient toujours ensemble. La gamine et le militaire. Mais depuis leur arrivée à la Résurrection, elle ne pouvait plus le suivre. Trop de monde. Trop de peur. Elle préférait marcher dans les innombrables tunnels de la petite ville souterraine. Ici, au moins, elle avait la paix. Ayant chapardé la baballe rose de O'Reilly, elle jouait toute seule dans le noir, à la seule lumière de son tube à essai. Tag restait à ses côtés.

O'Reilly pendant ce temps avait visité tout ce que la base pouvait lui montrer. Il avait gardé ses propres armes, pour rien au monde il n'aurait changé de fusil. Son famas, il l'avait depuis pas mal d'années, et puis ils faisaient une bonne équipe, tant qu'à faire autant le garder. Mais à l'intérieur de la base, il l'avait laissé là où on lui avait donné un endroit pour dormir. Dans un coin, un peu plus éloigné des autres, pour que Joan ne se sente pas étriquée, bien qu'elle l'était, cela s'était toujours vu sur son visage. Vêtu toujours de la même manière, après tout, ce n'était pas parce qu'il était ailleurs qu'il changerait de vêtements. Toute sa vie il avait été militaire, tout le reste de sa vie, il le serait. Il traversa un couloir, puis un autre avant de tomber sur une voix qui le fit s'arrêter. Douce, presque mélancolique, il avait l'impression de l'avoir déjà entendu. C'était bête comme constatation, mais c'était comme ça. Il remonta jusqu'à l'origine de cette voix pour tomber sur une femme qu'il n'avait jamais rencontrée et qui lisait une histoire à quelques enfants aux yeux émerveillés. L'histoire se terminait et bientôt la jeune femme les envoya au lit. Hein? Déjà? Il regarda sa montre. Bah ouai, il était l'heure. Une gamine lui rentra dedans, carrément et il l'aida à se redresser.


- Je ne voulais pas vous déranger...

C'était bête comme entrée en matière, mais bon, c'était mieux que: "bonjour, il fait beau aujourd'hui". Il regarda les enfants courir vers leur lit avant de tourner à nouveau la tête vers la femme.

- Je cherche une adolescente, à peu près votre taille, sauvage et qui ne parle pas beaucoup. Elle est avec un chien. Vous ne l'auriez pas vu par hasard?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shenys Kerr
    Pretty Woman__ stop a while, talk a while, give your smile to me

avatar

♣ Messages ♣ : 51
♣ Date d'inscription ♣ : 13/12/2010
♣ Localisation ♣ : Base de la Résurrection
♣ Métier ♣ : Etudiante en droit & Call Girl

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Jeu 16 Déc - 16:25

J’avais envoyé les deux gamines au lit. Deux orphelins… Comme moi. D’ailleurs c’était surement pour ca que j’avais opté de leur raconter l’histoire de cendrillon. Mais heureusement contrairement à moi, ces deux filles avaient une tante qui s’occupait avec beaucoup d’amour d’eux, chose que j’ai pas vraiment su dire de mon oncle. Mais je ne peux pas non plus me plaindre de lui. J’ai toujours eu assez de vêtements, de nourriture et il ne m’a jamais maltraité, mais il ne m’a jamais aimé non plus. C’était pour changer un peu les idées des filles et pour laisser leur tante un moment de solitude que je m’étais proposé pour les tenir un peu à l’œil. Mon regard se tournait vers l’homme dans l’entrée qui se mit à parler.

- Je ne voulais pas vous déranger...
« On me dérange que très rarement. »

Je lui souris. Après tout, on allait ou on voulait par ici. Alors tout le monde avait le droit d’entrer et de sortir de cette pièce. Puis j’avais terminé de raconter l’histoire aux enfants. Et c’était pas un mensonge. J’aimais la compagnie tout comme j’aimais avoir mes moments de solitude. Mais en priori les gens ne me dérangeait jamais.

- Je cherche une adolescente, à peu près votre taille, sauvage et qui ne parle pas beaucoup. Elle est avec un chien. Vous ne l'auriez pas vu par hasard?

Ado solitaire de ma taille et accompagné d’un chien. Non cette description ne me disait rien. D’ailleurs un chien dans la base ca m’aurait tombé à l’œil. Je secouais légèrement la tête.

« Non je suis désolée. »

Je pris mon gilet bleu marin que j’avais enlevé ainsi que le livre avant de me retourner vers l’inconnu. Son visage ne me disait rien. Un nouveau arrivant ? Possible, mais je devais bien admettre que je ne connaissais pas tout les résistants. De plus que la plupart se trouvaient plus sur le terrain que dans la base. Et vu sa tenue militaire, il devait bien être un combattant, ca aucun doute.

« Elle s’est peut-être rendu dans le réfectoire ou dans les réserves ? Vous y avez déjà un coup d’œil ? Si vous voulez, je peux vous aider à la trouver ? Je connais pas mal l’endroit, lorsque je suis arrivée ici, je me suis souvent aventuré dans les tunnels pour être seule.»

A mon arrivée ici j’avais surtout eu envie de mourir. Tout le monde pensait que j’étais en dépression à cause d’Era, mais la vérité était tout le contraire. J’étais dépressif parce que j’avais survécue et que j’étais surement la seule personne sur terre à ne pas vouloir survivre. Et bien que tout ca, c’était de l’histoire ancienne aujourd’hui, cela n’empêchait pas que je m’étais souvent retiré dans le noir, espérant que la mort vienne quand même me chercher. Mais ca fut tout le contraire. C’était une fillette de six ans qui avait toujours su me retrouver, essayant de me remonter le morale avec des phrases assez idiotes mais qui au fil des mois avait néanmoins réussit à me faire sourire. Malheureusement cette petite était aujourd’hui une adolescent prisonnière d’Ares…. Ca me faisait mal au cœur, d’ailleurs mieux fallait que j’y penses pas trop. Portant mon regard sur l’inconnu, je me rendais compte que je ne m’étais même pas présenté.

« Je suis Shenys Kerr. »

Je lui présenta ma main. Pour moi le contact humain était tout à fait normale, surement trop normale quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy O'Reilly
NO brain NO fear...
avatar

♣ Messages ♣ : 216
♣ Date d'inscription ♣ : 21/11/2010
♣ Localisation ♣ : Avec Joan et Tag
♣ Métier ♣ : Militaire

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Sam 18 Déc - 1:51

La jeune femme lui dit qu'il ne l'avait pas dérangé, mais O'Reilly n'aimait pas interrompre les gens dans leurs actions, tout simplement parce qu'il n'aimait pas non plus qu'on lui fasse. Donc il préférait le dire, comme ça, c'était direct. Et puis cela servait d'introduction, comme cela, il n'avait pas besoin de dire bonjour, bonsoir, ou autre. C'était fou, ici, dans le fin fond des souterrains, il n'avait aucun moyen de savoir si c'était la journée ou la nuit mis à part sa montre. Malheureusement ça montre fonctionnait avec une pile rechargeable avec le soleil. Heureusement qu'il parvenait à sortir avec les soldats. Dès le premier jour, malgré ses côtes blessées, il avait cherché les chefs de la résistance pour en parler. Il n'avait pas pu retrouver Caldwell, mais il avait choppé deux lieutenants et c'était comme ça qu'il avait pu intégrer immédiatement un petit peloton.

Quand il demanda s'il n'avait pas vu Joan, la jeune femme lui dit non. Zut. Il regarda dans la direction des deux enfants qui fuyaient en riant vers leurs lits qui les attendaient. Si Joan était dans l'un des souterrains, elle ne saurait pas quelle heure il était et il s'inquiétait. Elle était toute seule en ce moment, boudant le militaire, certes, mais elle restait toujours sous sa protection, il savait parfaitement qu'elle n'offrait pas sa confiance et elle ne s'ouvrirait pas. Mais cela faisait bien longtemps qu'elle était partie avec Tag et il voulait aussi s'assurer que la chienne allait bien. Bah, Tag avait un instinct très affuté, il espérait qu'elle sentirait que son maître avait besoin d'elle et reviendrait. Il fallait avouer que le militaire ne comptait pas trop dessus, car la chienne ne se séparerait pas aussi facilement de Joan et donc même si elle aurait voulu rentrer, elle serait restée près de la jeune fille. Rah, zut. Joan avait un sacré caractère quand elle s'y mettait et cela n'arrangeait jamais les nerfs du militaire. La femme devant lui proposa alors le réfectoire.

- Non, ce n'est pas son genre à aller au milieu de tout un tas d'inconnus. Mais elle est surement passée par ici, c'est bien plus calme que dans certains autres couloirs. Je pense, en effet, qu'elle cherche à s'isoler. Elle me boude depuis quelques temps.

Il ignorait pourquoi, mais parler avec cette jeune femme, parfaitement inconnu était bien plus facile qu'avec n'importe qui. C'était comme s'ils se connaissaient depuis plusieurs années. Pourtant, il était certain de ne l'avoir jamais vu auparavant. Bah, surement que certaines personnes avaient cette sorte d'aura et pour le militaire, c'était simple de parler avec cette femme. D'ailleurs, cette dernière se présenta. Shenys Kerr. Non, parfaitement inconnue au bataillon. Il répondit à sa main et serra la sienne, un peu trop brusque ou un peu trop franc, une poigne de militaire qui ne fait pas trop attention à sa force.

- O'Reilly.

Pas besoin de prénom, de toutes façons personnes ne le retenait. Un nom de famille, oui, un surnom pourquoi pas. D'ailleurs, chose qu'il avait apprécié, le lieutenant de tout à l'heure le lui avait demandé. Ca c'était un gradé, un vrai, de l'armée. Nom de code: Scarecrow. Cela faisait bien longtemps qu'il ne l'avait pas utilisé. D'ailleurs c'était pas compliqué à le savoir avec ce qu'il avait dans le dos, erreur de jeunesse, ou connerie de jeunesse plutôt. Enfin, là n'était pas le sujet de la discution.

- Mais si vous connaissez les tunnels, je veux bien un peu d'aide, je viens d'arriver avec Joan et elle doit crapahuter dedans...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shenys Kerr
    Pretty Woman__ stop a while, talk a while, give your smile to me

avatar

♣ Messages ♣ : 51
♣ Date d'inscription ♣ : 13/12/2010
♣ Localisation ♣ : Base de la Résurrection
♣ Métier ♣ : Etudiante en droit & Call Girl

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Sam 18 Déc - 15:43

« Vous avez pas du serrer la main de beaucoup de femmes ces dernières années… Car waouh quelle poignée.. Ou alors c’est moi qui est trop fragile… Chose qui n’est pas si faux que ca. »

Oui, cet homme avait une sacrée poignée. Je le sentais encore dans mes doigts, mais bon, j’avais dit tout cela sur un ton d’amusement. J’étais pas quelqu’un de méchante, simplement honnête. Et puis vu sa tenue de militaire et sa façon de se présenter… Oui, il n’avait aucun doute que la compagnie féminine lui était surement devenu étrange… du moins les femmes, vu qu’il avait une fille. D’ailleurs en parlant de sa fille…Ainsi c’était une solitaire qui n’aimait pas les gens ? Elle était plus intelligente que moi ! Moi j’aimais être dans la compagnie des gens, mais cela m’avait toujours causer que des problèmes. Et faut croire que je n’apprend jamais rien car je continuais encore à rechercher de la compagnie. C’était que pendant ma dépression que je m’étais éloigné du monde. Et ces tunnels étaient les meilleures cachettes pour cela.

« Mmm je vois. Et elle vous boude parce que… ? »

Oui oui, j’avais toujours été très curieuse. Puis c’était aussi un peu ma manière de connaître mieux les gens. Lorsqu’il disait qu’il voulait bien mon aide pour chercher sa fille, j’hochais la tête et d’un signe de main en direction du couloir à gauche, je dis.

« Allons-y alors! »

Je m’avançais plus loin dans les couloirs. Par ou commencer ? Ah peu importe. Tant qu’on commençait quelque part, c’était bon. Je tournais à gauche et le tunnel devenait de plus en plus étroite, de plus en plus sombre. Je sortis la torche de ma poche. La pile devait être usée, car son faisceau ne portait guère loin ; assez cependant pour m’être utile. Tandis que j’avançais à pas lents dur le sol en pente inégale, la lumière de ma torche faisait danser des ombres sur les parois de pierre grise, des pierres roulaient sous mes pieds, crissaient sous me chaussures. Cela faisait bien longtemps que je n’avais plus mit les pieds dans ces tunnels. Est-ce que je connaissais encore tout les chemins ? Mmm je l’ignorais. Mais j’avais toujours eu une bonne mémoire et puis je me disais que tout cela allait bien me revenir en m’avançant. Chose qui fut d’ailleurs le cas. En m’avançant dans ces couloirs ou peu de gens aimaient s’aventurer, je me réalisais que j’arrivais à me repérer. Soudain, je fus forcé de m’arrêter. Un mur de pierre bloquait le passage, je parcourus l’obstacle des yeux. Est-ce qu’il y avait déjà ca il y a quelques années ? Je réfléchissais. Et lorsque je me retournais vers l’homme à mes côtés, pour lui dire que je ne me souvenais pas de ce barrage, je remarquai une fissure dans la paroi rocheuse juste à droite de l’homme.

« Bien sure ! »

Projetant le faisceau de la lampe, je m’en approchai. Un passage s’enfonçait entre deux énormes masses rocheuses, si étroit qu’il n’y avait pas moyen d’évaluer sa longueur, ni sa destination. Rien qu’à le regarder, je me sentais devenir claustrophobe. J’avais du être cinglé de m’avoir aventuré si loin dans ces tunnels à une certaine époque, et la fillette qui m’avait cherché avait pas du avoir peur du noir. Ce n’était qu’aujourd’hui que je m’en rendais compte du courage de Melinda. Mais je ne devais pas penser à ca maintenant. Je me tournais vers l’homme.

« Si mes souvenirs sont bonnes, cela mène vers une petite salle indépendante. Mais le couloir est étroite et je ne pense pas qu’avec vos armes vous allez arriver jusqu’au l’autre bout…. Vous devez peut-être les laisser ici. On viendrait les rechercher par la suite. »

Je le regardais et attendis. Il semblait hésiter, d’où j’y ajoutais après quelques minutes.

« Il n’y a pas des machines par ici et je ne vois aucune raison pourquoi vous auriez besoin de votre fusil. »

Je n’attendis pas et me tournais vers la paroi. Qu’il fasse ce qu’il veut. Il pouvait toujours essayer de me suivre avec son fusil, mais c’était pas conseillé. Je me forçai à m’engager dans la fissure, tenant la torche au-dessus de ma tête, j’avançai à tout petits pas en m’exhortant au calme, sentant avec horreur la pression des deux masses rocheuses qui m’enserraient. En fait, le boyau n’était pas long et il déboucha assez vite sur une petite salle indépendante.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy O'Reilly
NO brain NO fear...
avatar

♣ Messages ♣ : 216
♣ Date d'inscription ♣ : 21/11/2010
♣ Localisation ♣ : Avec Joan et Tag
♣ Métier ♣ : Militaire

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Lun 20 Déc - 0:18

- Ah, désolé... L'habitude de la surface...

Quand on ne vivait pas dans les souterrains, on ne connaissait personne et la moindre rencontre était sous le signe divin, ou presque. C'était un soulagement, au moins on se disait qu'il y avait encore quelqu'un et donc pour être sûr que cela ne soit pas un mirage, on se serrait la main, une poigne d'hommes qu'ont trop vu, qu'ont trop souffert, qu'ont peur à un rêve... Non, au moins, une poignée d'homme c'était une bénédiction. Tout du moins pour lui. Il l'avait fait automatiquement, sans y penser, sans chercher à faire attention. La femme demanda pourquoi Joan pouvait bien bouder. Ah. Question difficile à répondre. Oh, pas parce qu'il ne voulait pas, mais bien parce qu'il ne savait pas. Du moins si, mais il ne savait pas si elle boudait pour du vrai ou pas. Bah, peut-être que ça aiderait pour la retrouver. Peut-être que pour certaines raisons on boudait d'une certaine manière... Il ne savait pas trop, il n'avait jamais boudé.

- Elle boude parce que je l'ai forcée à venir ici, à la Résurrection, en tout cas, c'est ce qu'elle dit.

Sur lui, il portait son attirail militaire, jamais, oh grand jamais il ne s'en séparerait. Certes, il avait laissé son sac à dos, mais il trimbalait sa besace, ainsi que ses armes. A la surface, cela était ce qui les sauvait et cela aussi montrait la richesse. Car si les billets et les pièces ne valaient plus rien, on pouvait traiter en commerce avec un pistolet. Donc étant donné que c'était toute la fortune qu'il possédait, il ne s'en séparerait pas. Elle le mena dans divers couloirs, avant d'en emprunter un parfaitement lugubre. Alors qu'elle sortait une vieille lampe torche en fin de vie, il sortit son tube à essai scellé, le liquide à l'intérieur donna une lumière bleutée, pas non plus très puissante, mais suffisamment pour voir à trois ou quatre mètres, ça aussi, il avait eu un pot de cocu, parlant poliment, pour l'avoir trouvé et maintenant il ne l'échangerait pour aucune lampe torche au monde. Il n'y avait rien de mieux. Arrivant à un boyau très étroit, elle proposa qu'il laisse ses armes ici. Il nia du chef.

- C'est comme un préservatif, vaut mieux en avoir un et ne pas l'utiliser, qu'en avoir besoin et ne pas en avoir.

Oh que non il ne se séparerait pas de ses jouets, comme disait l'adage: on ne m'arrachera mes armes que de mes doigts morts et refroidis. Bah là c'était pareil. Et qu'importe le fait qu'il se trouve dans une base secrète des résistants. Il se faufila entre les parois sinueuses. La claustrophobie qui inquiétait la femme ne toucha pas du tout le militaire, habitué aux endroits clos et étroits. Il avait vu bien pire, il avait connu bien pire. Ils parvinrent dans une salle ou une caverne. Est-ce que cela donnait quelque part d'autre, y avait-il un autre boyau? Il n'avait pas envie de crapahuter dans toutes les cavernes pour retrouver Joan. Bientôt il entendit un aboiement. Ah?

- Tag.

Mais la chienne semblait ne pas être dans la cave. Un autre tunel? Un autre couloir étroit? Il se tourna vers Shenys, attendant d'elle une réponse à ses questions silencieuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shenys Kerr
    Pretty Woman__ stop a while, talk a while, give your smile to me

avatar

♣ Messages ♣ : 51
♣ Date d'inscription ♣ : 13/12/2010
♣ Localisation ♣ : Base de la Résurrection
♣ Métier ♣ : Etudiante en droit & Call Girl

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Lun 20 Déc - 0:45

Elle boudait parce qu’il l’avait obligé à venir ici ? Ah au moins bouder était mieux que d’être en dépression. Mais au moins elle pouvait un peu comprendre la jeune fille. Du moins un petit peu, car elle ne la connaissait pas et tout le monde avait des autres raisons, un autre passé. Mais au fond les sentiments sont souvent les mêmes.

« Ah… Ca me fait penser à mon arrivée. Soyez content qu’elle ne fait que bouder. Moi je détestais ceux qui m’avaient amenés ici et qui m’avait sauvé la peau. »

J’avais voulu mourir et non être sauvé, mais ca les gens semblaient pas avoir comprit à ce moment là. La vie ne s’était fait qu’acharner contre moi, j’avais plus eu de lettre de l’inconnu depuis deux mois. Et d’habitude c’était ces lettres qui me remontaient un peu le morale. Et par-dessus tout, la seule manière d’échapper à la vie que je menait m’était enlever. Du coup j’avais été ravie que la terre soit détruit… J’aurais du m’en douter que j’allais pas être parmi les chanceux et mourir. M’enfin tout ca, c’était du passé, j’avais surmonté tout ca. Ici, je pouvais être moi-même, tout le monde était plus au moins égaux et il n’y avait pas de pauvreté et de richesse. Et personne connaissait mon passé. Passant dans plusieurs tunnels, je lui conseillais de laisser ses armes ici, mais il refusait.

- C'est comme un préservatif, vaut mieux en avoir un et ne pas l'utiliser, qu'en avoir besoin et ne pas en avoir.
« Dois-je en conclure que tout comme votre arme vous vous balader avec des préservatifs sur vous ? »

Je laissais entrevoir un petit sourire, avant de tourner mon attention sur le couloir fort étroit dans lequel je ne tarda pas à m’aventurer. Je ne faisais que taquiner, plus fort que moi. En réalité je ne tenais pas à avoir la réponse. Car que ca soit oui ou non, ca revenait toujours à la même chose. Aux hommes… auxquels je ne faisais plus vraiment confiance. Tôt ou tard, on comprend qu’ils ne sont qu’aimable parce qu’ils veulent quelque chose. Oui oui.. pas tout les hommes sont comme ca… Oui oui… J’y croyais, mais faut croire que jusqu’à présent je ne suis tombée que sur tout les mauvais alors ? Non j’avais perdu confiance dans la gente masculin. Si je racontais encore ces contes de fée à l’eau de rose, c’était pour faire plaisir aux enfants et pour leur donner un monde imaginaire. Moi, je croyais bien plus dans le prince charmant ou encore aux hommes charmant tout simplement. Même Poise, avec qui je m’entendais très bien, je ne lui faisais pas confiance à 100%. A peine arrivé dans la petite salle, un aboiement se fit entendre. Et suite à l’aboiement du chien, le militaire s’était déjà retourné vers moi, me questionnant du regard. Je pointa ma torche en direction d’un petit tunnel à sa gauche. Mais voyant qu’il s’approchait déjà du tunnel pour y rentrer, je posais ma main sur son bras, l’arrêtant et pointa la torche vers un autre tunnel et pour ensuite montrer encore un troisième tunnel. Et oui.. trois tunnels. Et vu que ca résonnait très vite par ici, je ne pouvais pas dire avec certitude lequel était le bon. Pour bien savoir on devrait encore une ou deux fois l’entendre.

« C’est un des trois… néanmoins je pense qu’on peut enlever le deuxième tunnel. C’est un cul sac et ca devient de plus en plus étroit jusqu’à devoir s’accroupir pour continuer. Et je doute fort que votre fille soit allé si loin, surtout si elle tenait à ce que la chienne puisse encore en sortir par la suite. Du coup.. C’est le premier ou le dernier…. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy O'Reilly
NO brain NO fear...
avatar

♣ Messages ♣ : 216
♣ Date d'inscription ♣ : 21/11/2010
♣ Localisation ♣ : Avec Joan et Tag
♣ Métier ♣ : Militaire

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Dim 26 Déc - 14:32

« Dois-je en conclure que tout comme votre arme vous vous balader avec des préservatifs sur vous ? »

Pour une des très rares fois depuis Era, le militaire esquissa un sourire honnête et amusé. Elle avait du répondant en tout cas, la demoiselle, ce qui le mettait plus ou moins en confiance, sans savoir réellement pourquoi. Il nia du chef pour lui répondre d'un ton léger.

- Non, c'est pour ça que je trimballe une arme, on sait jamais sur qui on peut tomber.

Une femme en furie, une violeuse? C'était les réponses possibles, c'était celles qu'il imaginait en tout cas. A vrai dire, des préservatifs, il n'en avait pas utilisé depuis... belle lurette. De toutes manières, il n'avait jamais été intéressée par d'autres femmes, exceptée Lily. Lily, la seule femme avec qui il aurait voulu passer la vie entière, tranquillement, dans un coin perdu du Kansas. Il en aurait même quitté l'armée pour elle, mais elle l'avait toujours encouragé à faire ce qu'il voulait. Ah, tout ça, c'était du passé, il ne devait pas y repenser, cela ne ferait que lui faire mal. Replaçant son attention sur la jeune femme, cette dernière lui indiqua un autre tunnel. Il voulait retrouver Tag, et surtout Joan, la jeune fille devait se terrer le plus loin possible. Il ne voyait même pas la lueur de son tube à essai. Il savait tout de même qu'elle n'aimait pas être dans le noir complet, donc elle ne l'avait pas rangé, donc, elle était plus loin que cette pièce souterraine. Le militaire fit donc un pas en direction du tunnel, pour aller l'explorer, mais il s'arrêta net quand il sentit la main de Shenys sur son bras. Il fronça les sourcils avant de comprendre. Elle lui montrait deux autres tunnels. Merde. C'était un véritable gruyère cet endroit. Pourquoi donc Tag ne venait pas le chercher.

« C’est un des trois… néanmoins je pense qu’on peut enlever le deuxième tunnel. C’est un cul sac et ca devient de plus en plus étroit jusqu’à devoir s’accroupir pour continuer. Et je doute fort que votre fille soit allé si loin, surtout si elle tenait à ce que la chienne puisse encore en sortir par la suite. Du coup.. C’est le premier ou le dernier…. »

- Il n'y a qu'un moyen pour le savoir. J'espère que les parois ne sont pas si épaisses.

Il mit un genou à terre, alluma l'ordinateur de visée de son famas et pointa ce dernier sur les murs de la pièce, là où se trouvait les entrées. Il espérait qu'il pourrait voir les chaleurs de la chienne et de la jeune fille. Il n'y vit aucune chaleur bien visible. Cela voulait dire qu'elles étaient soit à plus de cent mètres, soit que les paroies qui les séparaient étaient épaisses d'une dizaine de mètres. Chier.

- Vous prendriez lequel si vous cherchiez à fuir le monde sur un coup de tête? Car c'est celui-là qu'elle a pris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shenys Kerr
    Pretty Woman__ stop a while, talk a while, give your smile to me

avatar

♣ Messages ♣ : 51
♣ Date d'inscription ♣ : 13/12/2010
♣ Localisation ♣ : Base de la Résurrection
♣ Métier ♣ : Etudiante en droit & Call Girl

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Lun 27 Déc - 18:06

Je souris doucement. Etrangement j’aimais bien la compagnie du militaire. Je sais pas pourquoi. C’était ainsi. Bon je restais méfiante sans pour autant le montrer. Mais c’était ainsi. Même avec mon meilleur ami j’étais encore méfiante. Et pas sure qu’un jour cela va changer. Finalement on se retrouvait devant trois tunnels… Et j’ignorais lequel la jeune fille aurait bien pu prendre. Ainsi l’outil que l’homme utilisait, nous avançait pas réellement non plus.

Lequel des deux tunnels est-ce que j’aurais pris? Tournant ma tête vers le premier puis vers l’autre, je réfléchissais, je ne savais pas trop. Gauche ? Droite ? Droite ? Gauche ? Mais apparemment l’homme attendit que je prenne une décision. Bon fallait que je me décide… Euhm… Allons pour… Gauche… non Droite… Oh et puis zut. Je n’aimais pas prendre des décisions, j’étais trop coup de tête et si je prenais mon temps pour prendre une décision… Et bah ca faisait que je ne savais pas du tout quoi choisir. Je fis quelques pas, regardant les deux tunnels. Fallait que je me décide sur un coup de tête sinon on allait rester ici pendant des heures. Finalement mon regard s’arrêtait plus sur le dernier tunnel. Et même si je n’étais pas sure du tout de mon coup, c’était sans doute celui que j’aurais pris à la place de la jeune fille.

« Et bien… A sa place j’aurais prit le dernier … »

Pourquoi ? Je ne sais pas trop. Ca me faisait penser à une grotte secrète, à un tunnel qui mène vers un trésor… quand à l’autre… Et bien mon imagination me poussait plus à le trouver trop lugubre, comme dans un film d’horreur. Bon faut dire que j’avais beaucoup trop d’imagination et que la jeune fille en avait peut-etre beaucoup moins que moi et que contrairement elle aimait plus le lugubre que l’autre. Ou alors elle avait tout bonnement prit le premier parce qu’il se présentait comme la première cachette ? Je m’avançais doucement dans le tunnel, plus très sure ou cela allait nous conduire. Je m’aventurais plus dans le noir qu’autre chose et j’aimais pas trop ca. Pourquoi est-ce que j’avais encore eu l’idée de vouloir aider un inconnu ? Ah oui ! Parce que c’était tout à fait moi, aider n’importe qui sans même savoir si c’était une bonne ou une mauvaise chose. La naïveté… Ou la bonté ? Dépendait surement de quel angle on voyait la chose. Tout en marchant je me mis à parler. Quelque part, faire une conversation, me fit oublier que je m’avançais de plus en plus loin, sur un territoire que j’avais du mal à me souvenir.

« Vous êtes arrivés il y a combien de temps à la base ? »

Possible que cela faisait déjà un mois, une semaine ou même plusieurs mois. Mais si la fille lui boudait encore dessus après des mois… Alors je le plaignais ! Mais je me dis qu’il devait être ici depuis quelques jours ? Une semaine ou deux ? Bref je ne jouais pas ma curieuse, je faisais tout simplement la conversation. Car je ne pouvais difficilement parler du dernier film au cinéma. Je pouvais parler des vieux films, des films qui étaient sortis il y a dix ans, il y a vingt ans…. Mais c’était surement très barbant comme conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy O'Reilly
NO brain NO fear...
avatar

♣ Messages ♣ : 216
♣ Date d'inscription ♣ : 21/11/2010
♣ Localisation ♣ : Avec Joan et Tag
♣ Métier ♣ : Militaire

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Jeu 30 Déc - 13:43

La jeune femme hésitait, tant mieux, c'était exactement ce qu'aurait fait Joan. Il ne voulait pas penser à sa manière, parce que la chieuse qu'il trainait depuis plusieurs années ne réfléchissait pas comme lui. Lui, il était militaire, il aurait pris tout cela avec un calme absolu. Le premier, le deuxième puis le troisième. Pourquoi? Parce qu'ils se présentaient ainsi. Puis il aurait toujours pris la même direction pour fouiller tous les couloirs, tous les tunnels avant de revenir au point de départ. C'était comme ça qu'il fonctionnait. Mais Joan était différente, elle était sauvage, ne réfléchissait pas sur la logique ou sur l'ordre, mais sur ses appréciations, sur ses propres envies. Tout comme il attendait à ce que Shenys en fasse de même.

Elle choisit finalement le dernier. Alors soit. Il ne voulait pas savoir pourquoi, il ne saurait surement pas faire la différence de toutes manières. Il s'engagea alors, confiant qu'il trouverait Joan un peu plus loin, avec Tag. En tout cas, ils étaient bien engagé puisqu'ils avaient entendu la chienne aboyer. Au moins, elle ne se trouvait pas à l'autre bout de la base souterraine, c'était ça de gagner. Au bout d'une bonne vingtaine de pas, il posa une munition sur le sol. C'était instinctif. Non seulement cela indiquait si quelqu'un les suivrait, mais en plus, cela les aiderait à retrouver leur chemin. Il suivit la résistante jusqu'à ce qu'elle lui demande depuis combien de temps il était arrivé.

A vrai dire, il ne savait pas trop. Deux, trois, douze jours? Il n'était pas retourné à la surface et il ne pouvait pas se repérer avec le soleil. De plus, sa montre n'était pas à pile, mais fonctionnait grace à de la lumière, ce qui la dérèglait bien, il ne savait pas trop. S'il se basait sur ce qu'il avait mangé, du nombre de repas pris, cela ne faisait même pas une semaine. Il n'avait jamais manqué de quoi que ce soit, peut-être même c'était le contraire, donc plutôt trois ou quatre jours... Pas plus. Finalement, le militaire haussa les épaules, même si Shenys ne le voyait pas et il répondit:

- Trois jours, surement... J'ai l'habitude de la surface, je n'arrive pas à me repérer dans le temps ici.

Il y eut un nouvel aboiement et le militaire fronça les sourcils. C'était plus près, cela ne faisait aucun doute, mais pourquoi la chienne ne venait pas le trouver? Elle en avait l'habitude. C'était donc qu'il s'était passé quelque chose... avec Joan? La terreur traversa son échine, glissant comme un long serpent visqueux et glacé contre sa colonne vertébrale. Il ne put s'empécher de prendre la tête, dépassant la jeune femme et prenant un pas presque de courses.

- Bon sang, Tag.

Un nouveau jappement se fit entendre, toujours plus près, malgré le fait que le bruit était en écho contre les parois du tunnel. Il finit par distinguer une lumière presque vacillante, identique à la sienne, bleutée après un tournant, une forme sombre lui sauta presque dessus et il gratouilla la tête de la chienne. Le militaire laissa tomber ses épaules, soulagé de trouver Joan, assise par terre, les larmes aux yeux et se tenant la cheville, une grosse pierre juste à côté. Elle avait du se fouler la cheville et ne pouvant plus vraiment marcher, Tag était resté près d'elle. D'ailleurs la chienne accueillit Shenys en demandant des caresses à nouveau. Le militaire posa son famas contre la paroi juste à côté de la jeune fille avant de farfouiller dans sa besace.

- Et vous, ça fait longtemps que vous êtes là? Je veux dire à la Résurrection?

Joan lançait un regard terrifié à la jeune femme, bientôt remplacé par de la pure haine, pourtant, elle ne prononça rien du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shenys Kerr
    Pretty Woman__ stop a while, talk a while, give your smile to me

avatar

♣ Messages ♣ : 51
♣ Date d'inscription ♣ : 13/12/2010
♣ Localisation ♣ : Base de la Résurrection
♣ Métier ♣ : Etudiante en droit & Call Girl

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Lun 3 Jan - 23:05

“Ca va venir… C’est une question d’habitude”.

Pour ma part, cela faisait bien longtemps que je n’avais plus mise les pieds à la surface. Depuis… il y a quatre mois. Depuis la dernière fouille, depuis qu’une équipe avait essayé de trouver des vivres. Depuis j’avais plus mit les pieds sur terre. Mais cela me laissait bien froid. Sous terre ou à la surface.. Pour moi il y avait vraiment que très peu de différence. J’aurais pu pourtant monter plus souvent à la surface, fallait simplement que je demande à Poise de le suivre. Mais cela ne m’intéressait pas. Connaissant ma maladresse je risquais de lui être plus un lourd fardeau que de l’aide précieuse. Tout à coup un deuxième aboiement se fit entendre et O’Reilly me dépassait. Oh j’allais lui dire de faire attention, mais je me tus. Il devait bien savoir ce qu’il faisait non ? Et puis que ca soit moi ou lui devant… Peu de différence. J’avais plus mit les pieds ici depuis des années, les grottes changent, qui sait si le tunnel ne s’était pas effondré un peu plus loin. Finalement après quelques mètres de plus le chien qui semblait être celui de l’homme arrivait, et un peu plus loin, une fille… Une adolescente, des traces de larmes séchés se voyaient encore sur son visage. Il s’était déjà approché de sa fille pour la soigner, apparemment elle devait être tombé dans le noir, ou trébuché. Je m’agenouillais près de la chienne, la caressant doucement, avant de répondre à sa question.

« Pas mal d’années. C’est difficile à dire… Quand je suis arrivée ici, j’étais inconsciente… J’étais à New York… Et puis lorsque je retrouve connaissance, je suis en Ecosse….J’imagine que cela a du prendre des semaines ou peut-être pas.. j’en sais rien.. J’ai jamais posé beaucoup de questions là-dessus. Trop en colère parce qu’on m’avait amené ici, alors que je voulais rester dehors et mourir. »

J’osais les épaules. Je n’avais pas honte, après tout, j’avais voulu mourir à cette époque-là. J’avais perdu toute espoir. Mais c’était du passé tout ca. Et puis j’avais toujours été quelqu’un de très honnête et je ne jugeais pas que d’avoir eu des envies de mourir était si anormale que ca. Beaucoup de gens avaient du eu envie de mourir en voyant le monde s’effondre et les gens qu’ils aimaient mourir. Bien que pour moi, cela n’avait pas vraiment été vu de cette manière. J’avais été contente de mourir… Mais je préférais laisser penser les gens ce qu’ils voulaient. J’étais pas suicidaire, j’avais simplement déprimé, comme beaucoup d’autres. Et j’ai jamais prétendu être quelqu’un de fort non plus, alors non pas de honte. De toute manière ce n’était plus moi. J’avais plus l’envie de mourir. Mon regard s’attardait un court instant sur la jeune fille. Des regards peu aimable envers moi, mais j’essayais de ne pas y prêter attention.. pas si facile que ca, si on me connaît.

« Vous aussi, vous êtes américain non ? »

J’avais cru apercevoir l’accent américain. Même si son nom me faisait plus pensé à l’écosse ou à l’Irlande.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy O'Reilly
NO brain NO fear...
avatar

♣ Messages ♣ : 216
♣ Date d'inscription ♣ : 21/11/2010
♣ Localisation ♣ : Avec Joan et Tag
♣ Métier ♣ : Militaire

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Lun 10 Jan - 21:24

- Quand on vit toute sa vie au soleil, avoir un toit au dessus de sa tête, c'est pas terrible.

Sachant que le métabolisme des humains étaient basés sur le soleil, ce n'était pas l'idéal de vivre dans les grottes comme cela. Surtout que l'énergie solaire était la plus communicative pour garder un moral d'acier. Le militaire l'avait vécu suffisamment pour pouvoir en être certain, il savait que sans le soleil, c'était comme rétrécir le bocal d'un poisson, c'était pas dérangeant au début, mais après, ça devenait stressant, morbide, et on pétait les plombs. Il espérait simplement qu'il trouverait assez de temps pour aller dehors, surtout en mission, c'était ça qui le rattachait au monde des vivants, des humains. Bien sûr il y avait Tag et Joan, mais il avait besoin d'occuper ses mains, sinon, il pèterait une durite facilement.

Alors qu'il s'occupait de fouiner dans son sac à la recherche de quelque chose d'utile, du moins pour le moment, jusqu'au retour à l'hopital, quoi qu'il était déjà sûr et certain que la jeune fille ne veuille pas aller dans l'hopital de fortune de la Résurection, il avait posé une question bête à la dame. Ce n'était pas la première fois que cela arrivait, les deux personnages avaient l'habitude des bobos pendant la marche à pied pendant toutes ces années à crapahuter sous le soleil. Shenys répondit du mieux qu'elle put. O'Reilly la regarda un moment, avant de reprendre ses recherches. Bientôt il sortit un bandage, et un morceau de... quelque chose de marron et mou, cela ressemblait à un caramel, mais à la vue de cette petite chose, la jeune fille fit une moue, identique à un gamin devant une soupe aux brocolis.

- Allez, fais pas ta gamine, mache-moi c'machin.

Elle gromella, mais accepta la chose. Pendant ce temps, le militaire retira lentement la chaussure de Joan, ainsi que la chaussette, puis entreprit de bander, bien serrée la cheville. Tag quant à elle apprécia bien plus que de raison les gratouilles de Shenys, jusqu'à se mettre sur le ventre et en redemander encore plus. Tout en travaillant calmement, mais avec efficacité, il répondit à la jeune femme.

- Irlandais de père, polonais de mère, américain de papiers. J'aurais dû être en Afghanistan au moment où Era est tombé. Mais j'étais en permission sur les Terres de l'Oncle Sam quand tout a commencé.

Une fois le bandage bien serré, il replaça la chaussure et aida Joan à se redresser. Elle fixait la dame toujours avec insistance, comme si elle avait voulu la transporter rien que par le regard. Tag sauta sur ses quatre pattes et se rapprocha de son maître. O'Reilly ramassa son arme et l'épaula afin qu'il ait les deux mains libres pour aider la jeune fille à marcher. Il ne pouvait pas lui faire d'atèle, et encore moins la porter sinon elle se cognerait. Il fallait simplement qu'elle endure pour le moment le retour à la civilisation en marchant. Elle machouillait toujours la chose et d'après la crispation de son visage, ça ne devait pas être bon.

- Ca ne vous dérange pas de passer devant, mad... Shenys? Je vais aider Joan. Vous voulez ça? Ca éclairera mieux que votre lampe-torche qui fatigue.

Il montra son tube à essai avec le liquide fluorescent à l'intérieur. Joan en avait un autre, donc il pouvait bien lui prêter le sien. Tag jappa joyeusement avant de s'élancer de retour dans le couloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shenys Kerr
    Pretty Woman__ stop a while, talk a while, give your smile to me

avatar

♣ Messages ♣ : 51
♣ Date d'inscription ♣ : 13/12/2010
♣ Localisation ♣ : Base de la Résurrection
♣ Métier ♣ : Etudiante en droit & Call Girl

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Lun 10 Jan - 22:27

c’est vrai que si on devait avoir l’habitude du soleil, d’être dehors… C’était loin d’être facile. Mais on s’habitue à tout. Et ceux qui s’habituent pas ? Et bien… Ce sont eux qui ne survivent pas. Cruelle ? Non, réaliste. Il faut savoir évoluer en même temps que le monde. Pour l’instant l’humain ne pouvait pas marcher librement sur terre et dormir tranquillement sous les étoiles. Alors il devait essayer de vivre sous terre. Pas d’autre moyen, du moins pas si on était avec un si grand groupe de personnes.

« Comme j’ai dit on s’y fait. Puis je présume que comme la plupart des combattants vous allez être plus dehors qu’ici, alors vous allez pas avoir du mal à vous habituer. »

Mon regard était tiré vers la chienne qui demandait de plus en plus de caresses, chose qui me fit doucement sourire. Pendant ce temps-là, O’Reilly, car oui, j’ignorais toujours son prénom, vu qu’il n’avait pas trouvé intéressant de le dire, s’occupait de la jeune fille. Finalement il me demandait combien de temps j’étais ici. Question pas si facile, car je ne comptais pas les mois, les jours… Peu importe quel date on était. C’était un autre jour de survie, voila tout. Et puis je ne savais pas vraiment quand j’étais arrivé. Toute cette époque était flou dans ma tête. Du coup, je répondis honnêtement avant de lui demander si il était américain. Je l’écoutais avant de me relever doucement, arrêtant de caresser la chienne. Cette histoire de permission, d’Afghanistan me faisait un court moment penser à le correspondant inconnu. Et j’avais été tenté de dire quelque chose là-dessus, espérant savoir si il connaissait mon correspondant, mais mon intelligence me rappela bien vite à l’ordre. Impossible de dire qui était le soldat américain avec qui j’avais correspondu pendant des années. Qu’est-ce que je pouvais demander ? Vous connaissez pas un type qui écrit des lettres à une inconnue ? Déjà fallait qu’il soit dans la même équipe et puis je doutais fort que quelqu’un allait dire à un autre qu’il correspondait avec une inconnue. Redescends sur terre, Shenys. Donc du coup, je ne dis rien et je prononçais que mot lorsqu’il me demandait si je ne voulais pas passer devant.

« Oui, bien sure. »

Par la suite, il me proposait son tube d’essai. Je regardais un court instant le tube, avant de le prendre dans mes mains. Bien la première fois que j’avais un telle truc entre mes mains. Par la suite, je me tournais vers le chemin du retour. Et après quelques minutes, on se retrouvait à nouveau dans la salle aux trois tunnels. Au moins j’avais choisit le bon tunnel. Coup de chance. Pas plus. Dans la grotte, je me retournais, cherchant le soldat et la jeune fille du regard, avant de continuer. Ca serait bête de se perdre. Mais le soldat devait surement avoir pas trop difficile à se repérer. Du moins c’était ce que je pensais. Non non, je ne le mettais pas sur un pied d’étal. J’avais simplement remarqué que les militaires dans la base avait une facilité de se repérer dans un endroit ou venait à peine d’arriver. Surement un sixième sens ou un truc dans ce genre. Je continuais à marcher dans les tunnels. Etroit, trop étroit et même avec le tube d’essaie, je ne voyais pas ou je marchais. Oh j’aimais pas ca… Comment j’avais pu m’aventurer ici dans le passé ? Au plus que je m’avançais au plus que mes pas se firent lent. Tiens, est-ce qu’après tout ces années je commençais à être claustrophobe ? non pas possible j’avais jamais été claustrophobe. Bon allez respire Shenys, tu vas y arriver. Je fermais un court instant les yeux, prit un souffle d’air dans mes poumons. Qu’est-ce que ma mère m’avait toujours dit ? Siffloter une chanson lorsqu’on avait une peur soudaine ? Ouais… Bah je savais pas siffler et encore moins toute une chanson. Bon allez, c’était pas si loin, j’entendais la chienne et finit par m’avancer dans le couloir étroite. Arrivé à la fin du tunnel, je m’adossais contre le mur, respirant quelques bons coups, attendant de voir l’homme et la fille arriver. Croisant le regard du militaire.

[color=salmon] « C’est quoi votre prénom au fait ? »[/colo]

Puis je me remit en route, le chemin était plus facile et on se retrouvait bien vite à la base. Je me doutais bien qu’ils devaient connaître le chemin vers l’infirmerie, mais peu importe je continuais à marcher jusqu’à arriver à l’infirmerie ou je m’arrêtais et ou je me retournais vers le militaire.

« Vous voulez que j’appelle un médecin ? »

La jeune fille semblait avoir un regard effrayé. Elle avait peur des médecins ? A son âge ? Ou est-ce qu’elle avait tout simplement peur des gens en général ? Je retournais mon regard vers Jeremy et lui dit.

« Ou vous préfériez peut-être avoir du matériel et vous occuper vous-même… ? Les enfants à la base se font souvent mal en courant partout ou en voulant jouer aux soldats. Du coup je passe souvent ici pour des bandages et autre. Vous voulez que j’aille demander ? »

J’attendis tout bonnement une réponse. Premier soin était bien, mais il voulait quand même pas que son pied gonfle et qu’elle n’arrive plus du tout à marcher dessus. Sans parler du mal que cela risquait de faire. Bon j’étais peut-être douette mais j’avais pas l’habitude aux blessures. La famine… oui ca je connaissais très bien. La pauvreté aussi. Mais les blessures ? Oh non, j’étais pas un soldat et malgré ma maladresse je ne me faisais jamais mal, à part les quelques bleus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy O'Reilly
NO brain NO fear...
avatar

♣ Messages ♣ : 216
♣ Date d'inscription ♣ : 21/11/2010
♣ Localisation ♣ : Avec Joan et Tag
♣ Métier ♣ : Militaire

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Ven 4 Fév - 17:26

- Oui, j'espère repartir dehors le plus rapidement possible. Rester enfermé, je l'ai suffisamment fait pendant des années.

Il n'avait aucune envie de repenser à ces deux ou trois ans dans l'ancien abri anti-nucléaire dans le fin fond des Etats-Unis, il y avait vu trop de choses, pires que tout le reste. Non, maintenant, il vivait à la surface, tant pis pour les machines, il les exploserait une par une s'il le fallait, enfin bref, ce n'était pas l'important en ce moment. Il protégea la cheville de la jeune fille avant de tout réamballer, aider Joan à se redresser et prêter sa "lampe" à Shenys.

Enfin, ils reprirent la route à travers les boyaux de la Terre, Joan grogna plusieurs fois, alors qu'elle devait s'appuyer sur sa cheville, mais elle avança, sans faire d'histoire, O'Reilly ne pouvait rien faire, c'était bien trop étroit de toutes manières. Malgré sa carrure masculine, il sembla ne pas avoir de difficulté à faire le chemin en marche arrière, se mouvant comme un chat autours des obstacles. Ah, il était peut-être un vétéran, mais il avait de bons restes.

Ils se retrouvèrent à nouveau dans l'espèce de salle où Shenys et O'Reilly avaient dû choisir quel tunnel emprunter. Ce n'était pas de la chance comme le pensait la jeune femme, mais bien de l'intuition, étant militaire, il fallait toujours s'y fier, c'était ainsi que l'on survivait. L'être humain avait des restes de ses ancêtres un peu plus animalier, et certains instincts avaient la peau dure. Sans savoir comment, on pouvait rester en vie. Merci l'intuition. Bref.

A nouveau ce fut un boyau très escarpé qui les fit ralentir dans leur retour à la civilisation. Grace à la lumière bleutée des tubes à essais, à l'appel de la chienne déjà plus en avance, il garda toute son attention sur l'avancée lente mais certaine. Joan s'accrochait à sa veste pour ne pas tomber et ne pas poser tout son poids sur son pied endolori, finalement ils débouchèrent dans ce qui semblait être désormais, un bien large corridor. Shenys était contre un mur, semblant reprendre sur elle. O'Reilly s'approcha d'elle, lui posa une main sur l'épaule alors que son autre main allait reprendre le tube à essai et le ranger dans sa sacoche.


- Vous êtes sûre que ça va?

Joan avait gardé ses distances et martyrisait toujours l'espace entre elle et Shenys de méchants regards. Quand la résistante lui demanda son prénom, le militaire sembla géné et hésitant. Il passa son arme à Joan, et passa un bras sous ses genoux et l'autre autours des épaules pour soulever la jeune fille dans ses bras comme un fétu de paille.

- Euh... J... Jeremy... Pourquoi?

Ils finirent par reprendre le chemin, croisant quelques personnes. Dans ses bras, il sentait Joan trembler de croiser tout ce monde. Tag était à ses pieds, contente de pouvoir gambader dans un peu de clarté. Shenys les mena jusqu'à l'infirmerie, enfin l'hôpital quoi. La jeune fille se crispa quand elle reconnut l'endroit et se débattit plus ou moins.

- Non, je crois qu'elle va rester comme ça. C'est une tête de mule et elle a vu pire.
- J'suis pas une tête de mule.

- Hey, et moi je suis pas médecin. Tu veux pas qu'on te soigne?

Il eut le droit à un non énergique, fait silencieusement de la tête. Le militaire haussa les épaules et se tourna vers Shenys.

- Je crois qu'on va simplement rentrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shenys Kerr
    Pretty Woman__ stop a while, talk a while, give your smile to me

avatar

♣ Messages ♣ : 51
♣ Date d'inscription ♣ : 13/12/2010
♣ Localisation ♣ : Base de la Résurrection
♣ Métier ♣ : Etudiante en droit & Call Girl

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Dim 6 Fév - 21:09

Enfin ressorti ! Pas sure que j’allais y mettre les pieds d’aussi tôt… Quoi que… avec moi on ne sait jamais ce qui peut me passer par l’esprit. Je lui redonnais le tube, tout en secouant la tête. Oui oui, ca allait. Petit crise de rien du tout.

« Oui, ca va. Je pense que malgré tout le temps qu’on vit ici, on ne peut pas effacer le sentiment d’être prise au piège. Mais c’est bon, c’est déjà passé.»

Pourtant j’avais vécu dans des lieux qu’on aurait pu décrire comme des vrais placards. Et comparé à ca, les dortoirs et tous les autres lieux pouvaient être qualifiés de vrais châteaux pour moi. Mais je pense que c’est l’absence de fenêtre, de réelle lumière qui devait de temps en temps me donner l’impression d’être prisonnière de ce lieu. Peut-être que je devrais monter plus souvent à la surface ? oui… peut-être.. Mais j’étais pas une combattante, moi. Sans parler que j’étais vraiment nulle en orientation. Quoi que non, là je suis entrain de mentir. Mon orientation n’est pas si mauvaise que ca. Mettez-moi dans des grottes ou dans des labyrinthes, je risque de facilement pouvoir me repérer. Mais mettez-moi dans une ville… Ah non je suis trop vite distraite. J’arrive à m’orienter lorsque rien peut me distraire, mais une ville ? Ah tellement de choses à regarder tellement de choses différents, que j’ai déjà tourné à droit et à gauche sans m’en rendre compte. Par la suite, j’avais prit la peine de demander le prénom du soldat. Bah oui, moi je n’aimais pas vraiment appeler les gens par leur nom de famille. C’était.. Impersonnelle et quelque part je trouvais ca même autoritaire, comme ci on passait des ordres au lieu de parler ou de poser des simples questions. Jeremy… il s’appelait donc Jeremy. Néanmoins il semblait être hésitant et gêné en lui avait dit ca. Alors que quelque part, c’est comme parler du beau temps, rien de gênant et assez routine. La question du pourquoi me fit sourire.

« Car je déteste devoir appeler les gens par leur nom de famille. C’est bien trop impersonnel à mon gout. Et puis, vous m’appeler bien Shenys, n’est-ce pas ? »

Je lui souris avant de me diriger vers l’hôpital. Par la suite les choses devenaient un peu plus compliquées car la jeune fille ne voulait pas vraiment se faire soigner par un des médecins.

« C’est vous qui voyez… »

Bah oui, ce n’était pas ma fille et puis chacun faisait ce qu’il voulait. Et si la jeune fille ne voulait pas être soignée, c’était son choix à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy O'Reilly
NO brain NO fear...
avatar

♣ Messages ♣ : 216
♣ Date d'inscription ♣ : 21/11/2010
♣ Localisation ♣ : Avec Joan et Tag
♣ Métier ♣ : Militaire

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Lun 7 Fév - 22:00

Arf, le sentiment d'être pris au piège, il espérait que Joan allait pouvoir sortir de temps en temps. Techniquement, elle allait vouloir le suivre, quitte à s'engager dans l'armée ou en tout cas le groupe qui s'apparentait à une milice armée. Il ne voulait pas qu'elle sorte, il voulait qu'elle reste à l'abri, ici, mais c'était vrai qu'il ne pouvait pas l'en empécher, après tout, il n'était pas son père, elle était assez grande pour décider toute seule. Joan, par contre, devrait vaincre sa peur tangible des autres avant d'entrer dans le moindre groupe, mais si c'était pour suivre O'Reilly, il savait qu'elle serait prête à n'importe quoi. Dans ses bras, la jeune fille fronça les sourcils, ne comprenant pas vraiment ce que la femme avait dit. Tant mieux, il avait plus de temps pour lui expliquer. Et puis, elle lui demanda son prénom.

- Bah... parce que... vous ne m'avez donné que... Shenys... comme prénom... C'est juste que... il n'y a que mes parents qui m'ont appelé par mon prénom... J'ai plus l'habitude de mon nom. A la limite, vous n'avez qu'à m'appeler par mon nom de code: Scarecrow. Je dois avouer que m'appeler par mon prénom, j'aurais l'air de sortir d'une église ou quelque chose comme ça.

Il lui offrit qu'un sourire très éphémère et particulièrement gêné. Oh que non, il n'aimait pas du tout qu'on le nomme par "Jeremy", il avait l'impression d'être de retour dans son école privée. Jeremy, c'était... c'était pas lui... Jeremy, c'était... c'était juste son prénom. Personne ne l'appelait comme cela. A l'armée, on pouvait être particulièrement proche de son camarade, de son frère d'arme, mais on ne connaissait jamais les prénoms des autres. On connaissait les prénoms des femmes, des enfants, mais jamais les leurs. C'était... Il ne savait pas comment le décrire, mais voilà quoi.

- J'vais par là, c'est là qu'on nous a assigner nos places. On est un peu à l'écart des gens, parce que elle ne les aime pas.
- C'pas vrai.
- Menteuse!
- Nan! O'Reilly, t'es qu'un méchant.
- Oui, moi aussi je te déteste, comme ça on est deux. Tag aussi, elle te déteste, t'es contente?


Joan n'ajouta rien, mais son regard lançait des éclairs. Il se tourna vers la dame réalisant qu'elle avait tout entendu.

- Ah, pardon pour ça, querelle de famille, on va dire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shenys Kerr
    Pretty Woman__ stop a while, talk a while, give your smile to me

avatar

♣ Messages ♣ : 51
♣ Date d'inscription ♣ : 13/12/2010
♣ Localisation ♣ : Base de la Résurrection
♣ Métier ♣ : Etudiante en droit & Call Girl

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Mar 8 Fév - 1:30

Je l’observais, amuse par sa timidité et surtout par sa gêne. Et dire qu’un prénom pouvait mettre quelqu’un mal à l’aise et lui faire perdre les paroles. Je l’écoutais tout en gardant ce certain sourire sur mes lèvres.

« Et quoi ? Vous allez prétendre que vos ex’s vous appelaient Mr. O’Reilly ou Scarecrow ? Nan franchement, je suis sorti avec des militaires et c’est pas par leurs noms de codes qu’il fallait les appeler ! »

Ahhh qu’est-ce que j’étais entrain de dire ? *Attention Shenys… T’es sorti avec pas mal de gens, surement presque tout les métiers de la ville, donc attention dans quoi tu t’avances….* J’avais l’habitude d’être honnête et franche. Trop honnête. Trop surement. Mais essayez donc de changer cet aspect de votre caractère ? Pas du facile. J’essayais néanmoins de changer cet aspect de caractère. De ne pas dire n’importe quoi à tout instant. Mais voila encore une fois la preuve que j’arrivais pas à changer mon tempérament. Soit heureusement que j’étais pas le genre de fille à rougir à n’importe quelle occasion ! Par la suite le soldat s’excusait pour la petite scène qu’il venait de faire avec sa fille. Note personnelle : étrange que la fille l’appelle par son nom de famille. Mais eh, c’était pas mes affaires. Je secouais la tête.

« Oh c’est pas grave. Je devrais d’aller plus être ici. Qu’est-ce que je fais encore ici, à vous embêter, moi ? »

Je souris. Oh oui, je ne sais pas ce que je faisais encore ici moi ? A la fin on allait me qualifier de collant. Moi et mon aide éternelle. Je me retournais, prête à partir dans la direction inverse et pourtant mes pieds s’étaient arrêtés. Eh quoi ? On n’était plus maitre de son corps ou quoi ? Je tournais mon visage vers Jeremy.

« Jeremy ? Lorsque vous auriez un peu de temps… Vous pourriez me rendre un service ? Me faire remonter à la surface ? En tant que civile je dois être accompagné par un soldat ou du moins un résistant et quelqu’un qui pourrait retrouver ses repères et retrouver le chemin du retour.. »

Je n’avais aucune idée de ce qu’il pouvait me répondre. Oui ? Non ? Un peut-être ? Ou encore un On verra. Ou peut-être des excuses. Oui, à vrai dire je m’attendais à tout. J’aurais pu dire, je vous ai quand même aidé à retrouver votre fille. Mais je ne le fis pas. Ce n’était pas mon style. Pour moi, j’avais aidé parce que je voulais aider et pas pour recevoir un quelconque service en retour. Je ne fonctionnais pas ainsi. J’aidais sans avoir d’arrière pensées. Oui oui, je vous assure des telles gens existent encore. Et j’en fais parti.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy O'Reilly
NO brain NO fear...
avatar

♣ Messages ♣ : 216
♣ Date d'inscription ♣ : 21/11/2010
♣ Localisation ♣ : Avec Joan et Tag
♣ Métier ♣ : Militaire

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Mar 8 Fév - 11:57

- Mais vous n'êtes pas mon ex... Et je ne sors pas avec vous.

O'Reilly fronça les sourcils. Non, définitivement, Jeremy était beaucoup trop intime pour les gens qu'il ne connaissait pas. Il se raidit à cette pensée. La jeune femme devant lui pouvait bien sourire, rire peut-être, mais il ne pouvait pas s'y faire, c'était comme s'il parlait à sa soeur, ou pire, à Lily. Non, non, non. Définitivement non. Il s'excusa pour la comédie de Joan et Shenys ne s'en préoccupa pas. Il allait partir dans une autre direction, celle qu'il avait indiqué quand la jeune femme le rappela. A l'entente de son nom, O'Reilly se figea, trembla de tous ses membres et failli laisser tomber Joan qui poussa un petit cri de surprise, se rattrapant in extremis à son cou. Ce fut avec un visage révulsé d'horreur, de crainte subite qu'il tourna le visage vers Shenys. O'REILLY... O-REI-LLY... C'était pas compliqué non? Scarecrow si elle voulait, à la limite, mais pitié, pas Jeremy. Pourquoi il avait laissé échappé son prénom, hein? Quel imbécile il pouvait être quand même.

- B... Bien sûr... A une seule condition. Ne m'appelez plus jamais comme ça.

Il tourna les talons, emportant Joan toujours dans ses bras. Pas la peine de rester là comme ça, il devait déposer la jeune fille quelque part, sinon il allait avoir des fourmis dans les bras. Tag galopa vers Shenys, lui redemanda une gratouille avant de suivre son maître comme son ombre. Joan quant à elle, tira la langue à Shenys par dessus l'épaule du militaire pour que ce dernier ne le voit pas.

[HRP: On peut s'arrêter là, si tu veux, à moins que tu n'aies des choses à dire?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shenys Kerr
    Pretty Woman__ stop a while, talk a while, give your smile to me

avatar

♣ Messages ♣ : 51
♣ Date d'inscription ♣ : 13/12/2010
♣ Localisation ♣ : Base de la Résurrection
♣ Métier ♣ : Etudiante en droit & Call Girl

Ma Survie
Santé:
100/100  (100/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   Mer 9 Fév - 2:36

Non ca me va. On pourrait toujours faire un deuxième topics plus tard.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: {Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
{Fini} Sauve qui peut [Pv Jeremy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A New Beginning :: La Résurrection :: Quartier des Civils-
Sauter vers: