AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Echappée nocturne [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roman McLowly
I've branded EV' onto my heart. I wish I could tell you...
avatar

♣ Messages ♣ : 156
♣ Date d'inscription ♣ : 03/12/2010
♣ Localisation ♣ : Island, Camps de Prisonniers
♣ Métier ♣ : Libre

Ma Survie
Santé:
40/100  (40/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Echappée nocturne [Libre]   Dim 5 Déc - 11:28

L'islande. Capitale: Reykjavik. Tycoon: Bob Sommerson. Business: exploitation aurifère en Indonésie. Il l'avait rencontré deux fois, pour un partenariat. Il avait marchandé comme un malade et ils étaient tous les deux sortis avec un contrat juteux, défendant leurs positions à la perfection. Bob avait été un tigre, s'acharnant sur la MCLL Foundation, mais Roman s'était bien tiré, il avait réussi à le coincer sur un point du contrat. Par contre, il s'était pris une branlée au golf. Il n'aimait pas le golf. Pourquoi fallait toujours discuter les contrats sur un green? On pouvait pas faire ça autours d'un verre?

En parlant de verre, il se réveilla, la gorge sèche. Il avait soif. Mais ici, il n'y avait rien. Ils étaient parqué comme des bêtes, dans un vieil entrepôt, une bonne dizaine de machines les surveillant. Il avait soif. Il passa ses mains dans ses cheveux. Elles tremblaient comme un petit vieux à la maladie de Parkinson. D'un coup violent, il tenta sans résultat de stopper ce tremblement. Peine perdue. L'homme s'assit. C'était l'enfer sur terre ici, il faisait une chaleur torride la journée et on se les caillait la nuit. Dormir par terre, serrés comme des sardines, c'était pire que les camps de concentration des allemands pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Les épaules voutée, le dos courbé, cela lui donnait mal à l'estomac, il n'y avait rien dedans et hier il s'était pris un coup de crosse violent dans le ventre. Remarque, comme ça, il n'avait pas à s'appuyer sur le dos, car là aussi il avait mal, c'était dû à un fouet de la dernière fois. Foutues machines. Il n'avait plus sommeil. Il ne dormait plus. Car tout ce dont il rêvait, c'était des cauchemars à répétition. Il était trop fatigué pour vouloir penser à ça encore. Il se redressa et fit quelques pas dans le dortoir improvisé. Et dire qu'avant il méprisait tous ses gueux, tous ces gens qui n'avaient pas le sou. Oh, il les méprisait encore, mais il n'avait plus la force pour le montrer.

Il alla s'installer dans un coin, un coin tout miteux, mais au moins, il n'y avait personne à moins de quatre mètres. Il n'aimait pas les gens. Asocial. Assis, dos au mur, il se demandait bien quand est-ce qu'on le transfèrerait dans un autre camps. Cela faisait deux mois qu'il était dans celui-là, la plus longue période qu'il avait fait dans un seul camps. Il était fatigué, il n'avait plus envie de lutter. Pourquoi il ne pouvait pas mourir tranquillement? Un bruit attira son attention et son regard vrilla vers l'origine du bruit. Il n'était pas seul à ne pas dormir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Echappée nocturne [Libre]   Lun 13 Déc - 21:18

Cela faisait à présent deux semaines que Melinda avait rejoint le camp des prisonniers de l'Islande. La première impression qu'avait ressenti la jeune luxembourgeoise était qu'il faisait très froid. Mais vraiment très froid. A son arrivée, on n'avait pas pensé à lui faire habiller chaudement, quelques vêtements en plus étaient tous ce qu'on lui avait procuré.

Combien de fois avons tenté qu'elle ne fasse pas partie d'un convoi l'amenant dans ce camp. Claudia s'tait vivement opposée au changement de camp de Melinda, et elle fut soutenue par Jackson. Mais tout ce qu'ils avaient réussi à faire était d'accélérer le processus de déplacement de la jeune fille. Elle leur en était reconnaissante mais elle avait à présent peur. La présence de ces deux adultes lui rassurait quand elle était aux États-Unis, mais maintenant qu'elle était seule, elle avait peur comme jamais. Jamais elle n'aurait ressenti cela quand elle était à la base. Oh! Combien s'était-elle regrettée d'avoir quitté la base pour une simple visite nocturne? Plusieurs fois, même tous les jours, la nuit tombée, dans les étroites chambres des prisonniers, elle repensait à tous ces bons moments qu'elle avait vécu dans la base et ne cessait de les regretter. Elle pleurait même. Mais comme elle voulait que personne ne vois sa peine, elle retenait ses larmes et gémissait dans la nuit.

Arrivée au camp de Bravo, on lui mit tout de suite au travail. les conditions étaient plus dures ; elle était obligée de porter des charges encore plus lourdes, et dans le froid et la neige. Leurs sens étaient engourdis et ils avaient du mal à faire correctement leurs travaux, ce qui donnaient l'occasion aux robots de donner des coups de fouets aux humains. Même Melinda avait eu droit à un traitement de faveur ; étant la plus jeune, elle était donc plus faible, et les robots en profitaient pour lui donner des coups. Melinda sentait vraiment qu'elle était à présent seule ; plus personne ne lui venait en aide.

Cette nuit-là, ils étaient tous serrés dans des lits superposés, hommes et femmes rassemblés.En effet, faute de place, ils étaient obligés de se partager un lit, et la jeune fille était dans le cas. L'adolescente s'agitait dans son sommeil, troublée par ses cauchemars. Quand elle se réveilla sur elle-même, et gémissait de douleur. Il faisait encore sombre et la jeune fille n'avait plus du tout sommeil. Pourquoi n'irait-elle pas faire quelques pas dans le dortoir, histoire de lui changer les idées. Et puis, tout le monde dormait encore à poings fermés, bien trop épuisés par la dure journée qu'ils avaient subi. Comme elle était en hauteur, et qu'il n'y avait pas d'échelle pour descendre, elle tenta de quitter en toute discrétion de son lit de fortune. Mais en grande maladroite qu'elle est, elle rata une perche et tomba à terre violemment. Le choc fait qu'elle avait fait du bruit. Avait-elle réveillé tout le dortoir? Non, personne ne semblait manifester. Toutefois, malgré la pénombre, Melinda remarqua une silhouette isolé dans un coin. Elle avait du mal à le voir, mais osa s'en approcher.

Pourtant, la jeune fille resta éloigné de la personne et commença à lui parler dans un petit murmure ;


« Toi non plus tu n'arrive pas à dormir ?»


Revenir en haut Aller en bas
Roman McLowly
I've branded EV' onto my heart. I wish I could tell you...
avatar

♣ Messages ♣ : 156
♣ Date d'inscription ♣ : 03/12/2010
♣ Localisation ♣ : Island, Camps de Prisonniers
♣ Métier ♣ : Libre

Ma Survie
Santé:
40/100  (40/100)
Votre équipement :
Relationships :

MessageSujet: Re: Echappée nocturne [Libre]   Mar 14 Déc - 20:16

« Toi non plus tu n'arrives pas à dormir ?»

Ca se voyait pas non? Là, dans un coin, les yeux grand ouvert, ça se voyait, non qu'il ne dormait pas, et que du coup, il n'avait pas envie de dormir, sans parler qu'il ne pouvait pas. Elle devait être sotte, cette gamine. Encore une pas vraiment dégourdie qui cherche une épaule sur qui pleurer, encore une qui n'a plus parent, famille, amis et qui s'accroche au peu de chose qu'elle a: la parole. Mais qu'elle se la ferme bon sang, il n'avait pas envie de parler, il n'avait pas envie de dormir. Ca se voyait comme le nez au milieu de sa figure, mais non, voilà que la gamine lui parlait comme si c'était son pote ou pire, son grand-frère. Ah, qu'il méprisait le petit peuple. Rien dans le cerveau, à piailler comme des oies.

Il la regarda, la fusillant sur place. Non, la servitude n'avait pas fait de cet homme, un être plus calme et généreux, bien au contraire. Quoi que... C'était en son fort intérieur que se démenait une petite partie de lui, juste pour une petite étincelle, un souvenir, un cauchemar, un cri, une main. Eveline. Ev'. Elle était morte, elle avait succombé à Era. Cela ne pouvait être autrement. Il aurait dû la protéger. Il aurait dû la retrouver. Braver tous les démons de la Terre et la sauver. Mais il n'avait plus le droit d'y penser, pas après ce qu'il lui avait fait, pas après ses pleurs, pas après la connerie qui avait guidé son âme d'alcoolique. Il devait l'oublier, il devait l'effacer de sa mémoire, mais il en était incapable, sa femme resterait en lui pour le restant de ses jours, tout comme le tatouage au creux de son poignet qu'il ne montrait à personne.

Eveline. La gamine qui le fixait lui ressemblait. C'était con, c'était stupide, mais c'était comme ça. Pour lui Eveline restait la jeune femme qu'il avait épousé, peu avant Era. Gamine. Même innocence dans le regard, même morphologie, même... Eveline... Elle était morte, oui, c'était ce qu'il devait se dire. Il ne pourrait pas de toute manière la regarder en face. Pas après ce qu'il était devenu. Non, il préférait mourir. Et elle, la gamine, était toujours en face de lui. A attendre... attendre quoi? Qu'il réponde? Bah oui, il n'arrivait pas à dormir, ça se voyait, non? C'était évident. Pourquoi elle posait la question? Son regard quitta le visage de la gamine pour se poser sur d'autres personnes qui essayaient de dormir, coincés comme des sardines.

- T'as raté la marche de ton lit? Les coups des machines ne te suffisent pas?

Oui, en plus de pessimiste, Roman était devenu acariâtre, sarcastique et agressif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Echappée nocturne [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Echappée nocturne [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A New Beginning :: La Terre :: Europe du Nord :: Islande :: Camp des prisonniers Bravo-
Sauter vers: